IPNC : Research, Public health & Education

L’étude Lepto-R

La leptospirose est une zoonose mondiale infectant >1 million personnes/an. Les humains se contaminent directement ou indirectement avec les leptospires présents chez les mammifères (surtout les rongeurs). La présentation clinique peut aller d’une forme asymptomatique – le cas le plus fréquent – à une défaillance multi-viscérale sévère avec une létalité>5%. L’atteinte rénale initiale est fréquente et peut nécessiter une dialyse rénale, mais ses conséquences sur la fonction rénale à long terme sont moins connues.

Menée en étroite coopération entre le CHT et l’IPNC, l’étude Lepto-R est à la fois rétrospective chez les patients hospitalisés avec leptospirose confirmée depuis 2016 et prospective sur les patients hospitalisés à partir du 1er janvier 2018, avec un suivi poursuivi à M6, M12 et M24. Lepto-R étudie la présentation clinique et biologique de la maladie rénale aiguë et chronique associée à la leptospirose. Après consentement, des investigations biochimiques, immunitaires et génétiques seront menées sur le sang et les urines pour tenter de mieux comprendre la physiopathologie de l’atteinte rénale en particulier résiduelle afin de mieux la prévenir.

L’étude Lepto-R vise donc à identifier les principaux facteurs cliniques ou biologiques étroitement associés à la survenue de complications, à l’insuffisance rénale aiguë, à l’insuffisance rénale chronique ou au décès, dans le but de mieux identifier les patients nécessitant un suivi ou une prise en charge encore plus attentifs. Cette étude principale est associée à deux sous-études cliniques et une étude sur la réponse immunitaire chez des patients hospitalisés pour leptospirose en Nouvelle-Calédonie.

La leptospirose en Nouvelle-Calédonie a été responsable entre 2016-2018 de plus de 230 formes symptomatiques, 135 hospitalisations dont 80 insuffisances rénales aiguës avec parfois une maladie rénale chronique, et 9 décès. Elle constitue un enjeu de Santé Publique justifiant des études approfondies menées conjointement par l’Institut Pasteur, la DASS et le CHT.

Sorry, the comment form is closed at this time.

Etablissement secondaire de l'Institut Pasteur, Fondation reconnue d'utilité publique