Des Virus et des Moustiques

Une alliance globale pour le contrôle et la prévention du virus Zika: ZikAlliance

Financement : UE-H2020

Chef de projet : X. De Lamballerie (Inserm)

Partenaires : ZikAlliance consortium

Dates : Jan 2017-Déc 2020

En 2014, le Zika (ZIKV) émergeait dans la région Pacifique et diffusait dans le monde, devenant une urgence de santé publique internationale en lien avec les conséquences neurologiques graves qu’il cause. Le projet ZikAlliance est mené par un consortium international qui a pour objectifs d’étudier le virus Zika et ses conséquences à différentes échelles et à travers différents environnements. L’unité est impliquée dans la partie compétence vectorielle de ce projet : en suivant un protocole standardisé, la capacité de l’Aedes aegypti et du Culex quinquefasciatus de Nouvelle-Calédonie à transmettre des virus Zika isolés en Afrique, en Asie du Sud-Est et en Amérique latine a été évaluée par des expériences de compétence vectorielle (infections expérimentales de moustiques). Cx quinquefasciatus est réfractaire à l’infection par ZIKV. Ae. aegypti est un vecteur compétent pour ZIKV : sa capacité de transmission des ZIKV de la lignée africaine est significativement plus importante que pour les ZIKV de la lignée asiatique. Ces résultats confortent les précédents travaux réalisés chez Ae. aegypti dans l’unité (ACIP ZIKAE).

Remplacement de génotype du virus de la dengue : étude des différences de « fitness » virales conduisant à l’évolution des épidémies de dengue : DenGen

Financement : Actions Concertées Inter-Pasteuriennes

Chef de projet : M. Dupont-Rouzeyrol (IPNC)

Partenaires : Institut Pasteur Paris, Institut Pasteur du Cambodge

Dates : Jan 2017-Mar 2019

La dynamique évolutive du virus de la dengue (DENV) est souvent caractérisée par le remplacement d’un génotype de DENV par un autre génotype au sein du même sérotype. Le Cambodge connaît régulièrement des remplacements de génotypes. En Nouvelle-Calédonie, le génotype I de la dengue 1 a remplacé le génotype IV en 2012. Ce remplacement de génotype a été suivi d’une épidémie de grande ampleur en 2013. Le vecteur Aedes aegypti a-t-il joué un rôle dans ces remplacements de génotypes dans deux contextes épidémiologiques différents ? Le projet DenGen a permis de caractériser la diversité génétique des souches des différents génotypes de dengue. Puis, la capacité relative de l’ancien et du nouveau génotype à se répliquer chez le moustique Aedes aegypti a été évaluée par des expériences de compétence vectorielle : un mélange 50/50 puis 10/90 des deux génotypes ont été employés pour infecter expérimentalement les moustiques au laboratoire. Enfin, des expériences de compétition in vitro seront réalisées. En NC, le nouveau génotype I a une capacité réplicative chez le vecteur Aedes aegypti supérieure à celle de l’ancien génotype IV. Ces expériences de compétition sont en cours au Cambodge, et les cinétiques de réplication in vitro sont en cours d’analyse.

Dengue et Wolbachia, impacts sur l’évolution génétique virale et le profil épidémiologique : DENWOLution

Financement : Agence Nationale de la Recherche

Chef de projet : M. Dupont-Rouzeyrol (IPNC)

Partenaires : Institut Pasteur Paris, IRD, Monash Univ, WMP Nouvelle-Calédonie, CHT, DASS-NC

Dates : Jan 2020-Juin 2023

La circulation et l’évolution du DENV sont caractérisées par une diversité génétique importante. Cependant, les facteurs conditionnant l’évolution du DENV sont encore mal compris. Dans le cadre du World Mosquito Program, la stratégie Wolbachia est déployée en Nouvelle-Calédonie, et devrait conduire à une réduction substantielle de la circulation de la dengue en NC. Cependant, bien que les résultats soient prometteurs, cette méthode pourrait avoir des limites dans le futur. Ainsi, quel est l’impact de Wolbachia sur l’évolution génétique du DENV ? Cette évolution peut-elle influencer l’efficacité de la stratégie ? Par une caractérisation spatio-temporelle étendue de l’évolution du DENV, l’analyse du génome complet de plus de 250 prélèvements, la combinaison d’études in vitro et in vivo (études de compétence vectorielle) et la modélisation (profil épidémiologique, vecteurs, stratégie Wolbachia, évolution virale), cette étude améliorera notre compréhension de l’évolution du DENV. Il est crucial d’anticiper les conséquences des interactions entre l’évolution du DENV et l’intervention Wolbachia afin d’informer non seulement les applications mais aussi les limites de la stratégie Wolbachia.